03/10/2020

A propos de climat: Démocratie et désobéissance civile

Le 22 septembre, le journal "Blick" soulignait que la démocratie exige le maintien de l'ordre public, en rapport avec le « désordre » si peu propre en ordre des jeunes campant sur la Place fédérale. Bien sûr, bien sûr... encore faut-il raison garder - de tous les côtés (en passant, merci à l’Exécutif de la ville de Berne pour sa pondération). Le drame, le mot n'est pas trop fort, que vivent nos (petits-)enfants, c'est de constater que la dégradation de notre milieu de vie va bien plus vite que les efforts bien intentionnés, y compris ceux de la démocratie-modèle que nous sommes. La Mer de Glace de Chamonix a perdu 150 m. (d'épaisseur verticale) en moins d’un siècle, le glacier du Trient a reculé d'un kilomètre en trente ans. Des milliers d'espèces animales disparaissent. Et on juge que ceux qui s'émeuvent en désobéissant pacifiquement exagèrent.

Avec les gens raisonnables, j’aime à croire que la démocratie est le moins mauvais système. Toutefois, c’est une certitude, il s'avère incapable à ce stade de freiner suffisamment notre course folle vers un monde qui sera (très) difficile à vivre pour ceux qui nous suivent. Je regrette de voir que des milieux où j'ai de bons amis, dans de larges parties de l'échiquier politique, persistent à nier l'évidence, font l'autruche. Impossible d'aller plus vite, ils en sont convaincus… Se souvenir de l'histoire de celui qui est arrivé sans savoir que c'était impossible et qui l'a fait ? Je suis reconnaissant à celles et ceux qui s’engagent, y compris par des actions du registre de la désobéissance civile. Les enjeux actuels le demandent.

12/09/2020

Personnalité juridique pour le Rhône... Quelle bonne idée !

 

Ce jour, dans l'émission hebdomadaire de "La Première" proche de la nature (Prise de terre), très intéressant entretien avec un membre d'une association qui entend œuvrer pour que notre ordre constitutionnel (en Suisse et en France) accorde la personnalité juridique à "notre" fleuve.

Oui, très bien de reconnaître l'importance d'éléments majeurs de notre environnement physique - ou biologique d'ailleurs. En Nouvelle-Zélande, en lnde et ailleurs, des fleuves se sont déjà vu accorder une telle personnalité. Ailleurs, ce sont des montagnes, ou des forêts qui l'ont reçue (Nouvelle-Zélande encore, Amérique latine)  Pour le moins, un telle disposition nous obligerait à être un peu plus réservé, retenu, avant de saccager notre milieu de vie. Heureuse perspective.

Bon, pas mal d'eau va encore couler entre Glacier et Bouches du Rhône avant que nos sociétés soient aussi audacieuses. Mais l'idée est excellente.

12/06/2020

Trois Chefs d’Etat avec du courage - Climat et corona

Pour une bonne surprise, c’est une bonne surprise, cette prise de position des Président-e-s de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche pour une politique climatique digne de ce nom (24 heures du 5 juin). Ceci alors que, avec le déconfinement, on entend trop de personnes d’importance qui voudraient nous convaincre que, même s’il y a un souci climatique, il passe largement après des intérêts à court terme. A juste titre, les trois Chefs d’Etat soulignent qu’on ne saurait opposer les défis lancés par le covid-19 et ceux du dérèglement climatique. Les uns sont aigus depuis trois mois mais - cela ne peut pas être contesté - les effets dévastateurs du virus sont bien moins lourds que ceux à venir du bouleversement climatique - en termes de vies humaines perdues ou gravement altérées.

Dans ma 80e année, j’apprécie le soin diligent qui a été pris des vieux dans la période récente, mais je crois aussi que ce que Simonetta Sommaruga et ses homologues veulent promouvoir est fondamental : « les personnes âgées doivent faire œuvre de solidarité avec les jeunes en leur laissant une planète où il vaut la peine de vivre ».

A ce stade, on a peu de garanties quant à l’étendue et au sérieux des actions que Confédération et cantons prendront en matière de climat (la loi sur le CO2 que vient d'accepter le Conseil national est menacée pas un référendum lancé par l'UDC). A noter encore que, de la même manière qu’on doit gérer conjointement les problématiques corona et climat, il s’agit dans la lutte pour le climat d’avoir une stratégie considérant adéquatement les enjeux liés aux inégalités sociales.