15/06/2019

Des affiliés de la CPEV veulent qu'elle se montre responsable en désinvestissant les combustibles fossiles

Un groupe d’affiliés de la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud très concernés par l’urgence climatique, animé par Etienne Schaufelberger, s’est constitué sous le nom de Divest-Vaud. Ils interpellent la Caisse en demandant un réexamen - urgent - de leurs modalités d’investissement. Ceci dans la foulée, entre autres, de l’action exemplaire du quotidien britannique « The Guardian », qui a fait du climat un thème prioritaire et met en exergue la formule "Laissez les combustibles fossiles sous terre".

Renoncer à ces énergies est un facteur majeur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Et les mécanismes financiers usuels (ceux de la bourse) sont ici un levier potentiellement efficace. Si on parvient à convaincre les grands organismes financiers d’aller vers le désinvestissement, l’attrait de ces valeurs va beaucoup baisser et l'exploitation ces  énergies diminuera - comme diminuera le CO2 émis dans l’atmosphère. En réalité, quand la bulle (financière) carbone éclatera, les milliards investis dans les réserves fossiles s’évaporeront...  

 Une douzaine de personnalités romandes étaient réunies à ce propos à Lausanne le 24 mai dernier, pour inviter la CPEV à développer une stratégie respectant l'Accord de Paris de 2015. De cette manière, la Caisse non seulement donnerait un signal fort pour l’avenir des Vaudois, mais pourrait améliorer le rendement de ses investissements. Il importe que les affiliés de la CPEV s’interrogent : « Voulons-nous que nos retraites participent à un meilleur avenir ? » Comme eux, tout citoyen-ne concerné-e est invité-e à soutenir cette démarche via la plateforme en ligne divest-cpev.ch.

 Rappel : le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a depuis longtemps sonné la sonnette d'alarme : un réchauffement de 4 degrés serait synonyme de catastrophes inouïes ; par exemple jusqu'à 75% des habitants de la planète pourraient être victimes - jusqu’à en mourir - de vagues de chaleur meurtrières. Or, chez nous, l’Office fédéral de l'environnement a rendu attentifs les investisseurs au fait que leur comportement actuel favorise une augmentation de température de l’ordre de 4 à 6 degrés avant la fin de ce siècle - alors que l’Accord de Paris entend la limiter à 1,5 degré.

 La réunion du 24 mai s’est tenue dans la Salle capitulaire de la Cathédrale de Lausanne. Frappant de penser que, pour discuter d’enjeux majeurs à très court terme (quelques décennies au plus), on se réunissait dans un bel espace gothique, illustrant la continuité et la (relative) stabilité historiques au cours des siècles. A vrai dire, on aimerait sauvegarder une stabilité… Extraits des propos d'orateurs de haut vol.

 « Entre l'égoïsme darwinien et l'altruisme humain, la raison dit de s'engager pour le  second », a affirmé le Prix Nobel Jacques Dubochet, qui depuis des années est de tous les combats pour la solidarité et le maintien d’un environnement vivable.

Margherita, représentant la Grève/Marche des jeunes pour le climat qui s’était déroulée peu auparavant dans les rues de Lausanne. « Quand j'ai rejoint le mouvement, j'avais déjà réduit ma consommation de viande et ma production de déchets, dit-elle. J'achetais local, de saison, de seconde main, je privilégiais les transports publics. La grève du climat valorise ces petits gestes du quotidien mais reconnaît leur limite. L'impact des actions individuelles est bien modeste face à celui des grands acteurs. Et ça fait peur. »

Susana Jourdan, cofondatrice des Artisans de la transition, a présenté leur travail - répercuté notamment par La Revue Durable. Charles Kleiber, ancien Directeur général du CHUV et ancien Secrétaire d'Etat, grand-père sans voiture de quatre petits-fils sans permis de conduire (!), a souligné les défis lancés au modèle occidental de démocratie libérale, actuellement menacé, érodé par des tentations autoritaires et les invasions de " fake news". 

Selon l’avocat Luc Recordon, ancien conseiller aux États, la pression économique est un puissant facteur de modification des comportements qu’il faut employer pour enrayer le dérèglement climatique. La prise de conscience des milieux financiers commence.

Les Grands Parents pour le Climat étaient représentés (en plus de Jacques Dubochet !) par Laurence Martin: « Au soir d'une vie remplie notamment par la vie associative, j'avais fait des adieux sereins à ces activités. Je pensais que le temps était venu du repli sur la famille et la méditation. Pourtant, La Revue Durable allait bouleverser ma perspective, il y a cinq ans, en relatant que des Grands-parents du monde entier se mettaient en route pour ne pas mourir de honte face à leurs petits-enfants. Parce que notre génération a aveuglément cédé à des habitudes de pillage et de gaspillage éhonté. »

Personne, individu, entreprise ou corporation, banque ou caisse de pensions, gouvernement, personne n’a seul les moyens de résoudre le problème. Et ne croyons pas à ceux qui manifestent une fois inébranlable dans les prouesses à venir des technologies, qui régleraient d’un coup de baguette magique les problèmes dramatiques et urgents actuels. L’action de Divest-Vaud est hautement pertinente.

 

 

 

 

 

 

 

08/11/2018

Ce qui bloque la prévention santé

La revue « Santé publique » est publiée par la Société française du même nom. Dans son dernier numéro, de juillet-août 2018, on trouve un éditorial de Jean-Pierre Couteron, administrateur de la Fédération française Addiction, illustrant une situation, et des contraintes, qui ne sont en rien spécifiques à la France.

« Au fur et à mesure des publications sur ses effets négatifs, le réquisitoire s’alourdit : l’alcool est dangereux pour la santé. Il ne devrait y avoir aucune hésitation à réguler l’accès à l’alcool, par des mesures recommandées par les instances internationales, et à les accompagner d’un travail d’éducation à la santé. Or cela bloque. N’est-ce pas dû au statut de marchandise qu’ont aujourd’hui les drogues ? Leur marché, légal ou clandestin, en organise la circulation, les soumet aux intérêts de l’économie mondialisée. La santé est placée au second plan. »  

« Une communication bien rodée habille de façon respectable cet impératif économique. En période d’inconfort face aux évolutions sociétales, elle valorise un ’art de vivre’, elle se donne une image ‘responsable’, faisant mine de soutenir des mesures soi-disant consensuelles. Cette rhétorique a pris le contrôle d’un packaging sémantique, à coup de ‘modération’. L’impératif économique bloque toute mesure susceptible de toucher le marché, comme :  limitation de la publicité, prix minimum, logo sur les dangers de l’alcoolisation fœtale…. »

Sentiment de déjà lu, déjà entendu, déjà vu ? La problématique est comparable en Suisse, à propos de toutes les substances - ou comportements - qui peuvent mener à l’addiction. Ceux qui oeuvrent pour la protection de la santé doivent s’engager d’autant plus pour surmonter les obstacles - et sensibiliser une partie malheureusement importante de l’éventail politique qui  regarde ailleurs quand on lui parle de cette problématique. 

 

 

25/04/2018

Le moment qui pourrait marquer le début de la fin de la présidence Trump... On a le droit de rêver

Ouahhh... je sors de suivre sur CNN le discours de Macron devant le "Congrès  réuni" US. Remarquable.

Bien sûr, une hirondelle ne fait pas le printemps. Mais je lève néanmoins mon verre au Président français. Avec l'espoir que ce discours du 25 avril 2018 aura été le "coup de pistolet donnant le départ" du début de la fin de la présidence Trump.

Dans tous les cas, il était évident que la (petite) moité, démocrate, des parlementaires US n'avait pas vécu un moment aussi agréable depuis 18 mois. Et, au sortir de son allocution, Macron est allé vers eux (emmenés par Nancy Pelosi en robe rose !). Pour marquer que, bien qu'aucun démocrate n'ait été invité, ai-je entendu, au repas de gala du soir précédent, il savait que le parti bleu existait.

Ce jeune homme (Macron) en a, pour attaquer aussi frontalement plusieurs des errements et des perversions politiques de son hôte.