07/05/2021

Je suis vieux mais ne veux pas "laisser aller" vers la catastrophe

Grand-père, je pourrais me centrer sur les moments forts passés avec mes petits-enfants. En laissant de côté les débats et cris d'alarme que suscite le dérèglement climatique. Toutefois, y compris après l'émission 36°9 du 28 avril, dire "après moi le déluge" n’est plus possible. Incendies énormes, en Australie, en Californie - c'est loin d'ici, mais aussi près de Marseille. Dans le Jura, le Doubs et d'autres rivières à sec, manque d'eau grave à Thierrens.

 Tout cela va demander, sans doute possible, des changements marqués de nos manières de vivre, de travailler, de produire. Il serait plus simple d'écarter ces soucis comme un mauvais rêve et se réjouir de pouvoir à nouveau assister à des matchs de foot. Mais cela peut-il être la bonne attitude de fermer yeux et oreilles aux faits ? Noter en tout cas que ce n’est pas la bonne attitude d'ouvrir ses oreilles aux sirènes des milieux pétroliers et aériens et de leurs relais politiques; qui contre tout bon sens clament que les mesures de la loi CO2 représenteraient pour les ménages des surcoûts inacceptables. Myopie.

Le médecin que je suis doit relever que le nombre de maladies et de morts qui seront causés par le changement climatique sera un grand multiple des pertes qu'engendre le covid. Les dégâts climatiques semblent survenir "lentement" mais c'est une impression complètement fausse. On n’a simplement pas le temps d’attendre et voir (penser à la dramatique fonte des glaces aux deux pôles et à ses conséquences).

Je suis inquiet pour mes petits-enfants mais ne veux pas désespérer. La première chose à faire est de voter oui à la loi CO2.

03/08/2020

Thérapie de famille - Une contributon bienvenue et substantielle

Nahum Frenck, pédiatre connu de Lausanne, et le psychologue Jon Schmidt sont tous deux sont thérapeutes de famille. Ils publient un ouvrage sur leurs philosophie et manières de travailler, présentant seize histoires tirées de leur pratique et les enseignements y relatifs. lllustrant la palette des difficultés qui perturbent, agitent, la vie des familles.*

L’approche systémique voit la famille comme un ensemble d’éléments reliés les uns aux autres. Les auteurs prennent l’exemple d’un mobile : le fait de toucher une des pièces fait inévitablement bouger l’ensemble de la structure mais le mobile trouve toujours un équilibre (homéostasie).

Facettes des situations, parfois des « syndromes » qui font l’objet d’un récit : l’enfant roi, celui à haut potentiel, ou hyperactif ; le patient désigné ; l’adolescent en quête d’identité (coming out à propos d’homosexualité). L’enfant adultifié, parentifié, ou à l’inverse l’adulescent : la personne de trente ou quarante ans qui vit comme un ado, sans assumer les tâches habituelles de l’adulte - passant son temps à des jeux vidéo par ex. Sont abordées les tensions voire ruptures du couple, les familles recomposées, l’adoption.

Les relations avec les grands-parents sont bien présentes : défis liés à un modèle patriarcal, aux origines culturelles différentes. Les contentieux non réglés sont un enjeu : les auteurs parlent du « grand livre » de la comptabilité familiale... 

Dans la conclusion : « Les échanges nous ont forcé à nous interroger quotidiennement et à cibler nos interventions, trouver les mots justes. Nous questionnant devant nos patients, tout en les invitant à se joindre à la discussion. En vue de permettre à chacun de définir et négocier son rôle et sa place, entre les libertés et les contraintes du quotidien. »

Défis de familles est une stimulante exposition aux préoccupations multiples rencontrées aujourd’hui - même si beaucoup de problématiques sont de toujours. Ce livre sera lu avec profit par celles et ceux qui connaissent ou ont connu des moments difficiles, mais aussi, sans doute aucun, par d'autres dont la vie serait plutôt un fleuve tranquille.

*Défis de famille - 16 histoires de thérapie systémique. Le Mont-sur-Lausanne: Editions LEP, 2019.

 

29/07/2020

Tout va bien ? Ce que je peux découvrir au cabinet pédiatrique

C'est le titre d'une sorte d’album-photo de 40 pages, chacune avec des informations utiles et de belles images (Creathera, Berne, 2020). Conçu par deux pédiatres praticiennes à l’intention des parents aussi bien que des enfants.

Deux parties, selon la page de couverture que l’on considère. Dans la première on trouve le contenu des examens de prévention au cabinet pédiatrique, avec des messages-clés sur les compétences que l’enfant acquiert progressivement et treize pages de photos illustrant le contact du médecin avec son patient et ses parents -  de 0 à14 ans.

Dans l’autre sens, on trouve un contenu destiné spécifiquement aux enfants, pour les familiariser avec ce qui se passe pour eux dans un cabinet médical : être pesé et mesuré, vacciné, avoir une prise de sang au bout du doigt. Devoir se déshabiller, être ausculté et palpé parler, échanger... L'original, dans les photos qui portent l’ouvrage, c’est que ce sont deux enfants de sept ans qui jouent le rôle des parents et que les patients sont des singes en peluche. Sûrement, le fait pour les parents et le médecin de discuter ces pages avec l’enfant retiendra vivement l’attention de ce dernier et le distraira. A noter qu’on ne voit dans ce livre aucune blouse blanche.

De tels outils bien informés, didactiques et déstressants pour petits et grands fréquentant le milieu médical sont très bienvenus. Ils sont heureusement disponibles en nombre croissant.