10/02/2021

Pour construire un monde d'après, il faudrait un futur

La Suisse romande connaît bien le Dr Bertrand Kiefer, rédacteur de la Revue médicale suisse, médecin, éthicien, philosophe - très sollicité par les médias.  Son Bloc-notes hebdomadaire à la dernière page de sa revue est toujours marqué par la hauteur de vue, la vision à long terme, un caractère incisif.
 
Extrait de sa contribution de ce jour: "Pour construire un monde d'après, il faudrait un futur. Et lui donner une dimension mythologique, tout en l'articulant à la nature qui nous entoure, aux écosystèmes qui nous englobent, bref à la communauté dont nous sommes part. Mais voilà: à la différence de toutes celles qui nous ont précédé, notre civilisation se passe de cosmos. Aux yeux des modernes, l'univers (lointain et proche) ne pose pas de questions fondamentales liées notre existence, mais au contraire les efface.  Notre pouvoir sur lui nous suffit".
 
Well...  Judicieux de réfléchir où nous en sommes, où nous allons, à quoi nous jouons (si seulement c'était un jeu).

08/12/2020

Nous avons demandé des signes, les signes ont été envoyés… (I)

Les Américains Naomi Oreskes et Erick Conway publient un petit livre intitulé « L’effondrement de la civilisation occidentale » (Ed. Les liens qui libèrent, 2020). Rappelons qu’ils sont les auteurs du formidable "Les marchands de doute " (2012), démontrant - et démontant - l'impact des lobbys dans notre monde.

Dans "L'effondrement", ils mettent en scène un historien futur étudiant un passé qui est notre présent et notre avenir (possible). Ainsi, à propos de la Conférence de Copenhague sur le climat qui a été un échec retentissant : « C'est en 2009 que le monde occidental a eu sa dernière chance sérieuse d'organiser son salut »... Trois grands chapitres : 1) L'avènement de la période de la Pénombre (début du XXle siècle); 2) La frénésie des énergies fossiles; 3) L'échec du marché. Avec un lexique des termes "archaïques" (sic !).

Ardu de résumer les descriptions faites des évolutions de la biosphère liées aux conséquences dévastatrices d'un système néo-libéral que la lenteur de la prise de conscience politique et sociétale ne permet pas d'enrayer. 

ll y a lieu de reconsidérer sérieusement l’influence que le cartésianisme, aspirant à la connaissance par la seule raison, de façon mécaniste, insistant sur la dualité Homme-Nature, a exercée durant des siècles.  Les auteurs mettent en évidence ses effets retardateurs, contre-productifs, dans les réponses aux défis actuels. « Si ce réductionnisme s'est révélé puissant dans bien des domaines, il a entravé la recherche sur les systèmes complexes. Il a aussi rendu difficile d'énoncer clairement la menace du changement climatique (...) Même les chercheurs qui avaient une vision d’ensemble répugnaient à la formuler publiquement : cela les aurait contraints à sortir des limites spécialisées de leur champ d'expertise ». Sensibilités académiques classiques aux conséquences regrettables

Ce qui doit être promu (selon l’observateur futur) : « Certains ont préconisé une science de la complexité, une science du système Terre », mais ils l’ont fait sans être suffisamment inclusifs. « Ces approches dites holistiques, presque entièrement concentrées sur les systèmes naturels, passaient sous silence les composantes sociales ». Ainsi les scientifiques n'osaient guère insister sur le fait que le dérèglement climatique « est causé par des gens », est d'origine anthropique. « Les scientifiques tels que les physiciens sont restés attachés à des méthodologies réductrices qui empêchaient de comprendre les interactions vitales entre le physique, le biologique et le social. » Tout est interactions.

28/07/2019

Les enjeux de l’anthropocène

 

A  propos d'un ouvrage stimulant d’un auteur romand

Serge Thorimbert - La Pentecôte des robots. Editions de l’Aire, Vevey, 2018, 238 pages.

 L'auteur est un ingénieur de 59 ans, chef d’entreprise, qui cultive aussi des préoccupations d’ordre humaniste et spirituel. Il publie un livre sur l’avenir de nos rapports avec les développements technologiques.

Une notion qu'il met en évidence est l’interfaçage entre l’humain et la nature : le fait que, depuis des millénaires, la progression de l’homme s’est faite en établissant/interposant des artefacts entre lui et l’environnement - depuis la peau de bête pour se vêtir jusqu’aux dispositifs sophistiqués en nombre croissant, smartphone, prothèses etc. De manière telle à, aujourd’hui, « s’interfaçer/se distancer de la nature au point que les équilibres de la vie sont rompus. » Dans l’histoire de l’Homme : « En concomitance avec l’émergence de la conscience, le corps et le psychisme humains ont peu à peu cessé de s’adapter à leur environnement. L’homme fait partie de la nature, en dépend mais entretient avec elle un rapport ambivalent qui lui vaut de dire l’aimer autant qu’il la détruit. »

Servitude numérique. « C’est un siphonnage permanent de nos cerveaux, de notre mémoire et de notre savoir-faire, qui s’opère par transfert vers le Cloud. Tout semble concourir pour chasser l’être humain (maillon faible et coûteux) en le remplaçant par des systèmes informatisés. » L’hypothèse d’une perte de contrôle face à l’intelligence artificielle n’est plus un fantasme. Des personnes comme Stephen Hawking, Bill Gates et Elon Musk l’envisagent. 

« Nous sommes devenus démiurges en instaurant une nouvelle ‘divinité’ : omnisciente (Big Data, le Cloud), omniprésente (internet) et omnipotente (les moyens autonomes de calcul, de commande et de pilotage), dont les facultés nous dépassent. »

Penser le futur. Ce qui caractérise les années récentes, c’est la prise de conscience qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Toutefois : « Comment penser le futur ? Ceux que nous créditons comme aptes à le faire ne s’expriment que de manière sectorielle, en experts au jargon pas pleinement appréhendable. » « Même lorsque le consensus est large, voire unanime, nous sommes incapables de prendre les décisions qui s’imposent » - remarque qui s’applique parfaitement aux questions de climat et de biodiversité.

Nous n’avons pas d’autre choix, dit Thorimbert, que d’embrasser une véritable maturité - dans notre appréciation de la situation et notre volonté d’effectuer les changements nécessaires. Mais la majorité de la population n’en est pas là, sensible qu’elle est aux discours alléguant qu’il n’y a pas de problème...

Une éthique des machines ? « Il n’est pas inconcevable que les machines, dépourvues d’empathie mais aussi de cupidité et de goût du pouvoir, puissent accéder à une forme de ‘conscience mathématique’, froide mais déterminée à la préservation des équilibres de la vie sur la Terre »… Mécanisme qui nous protégerait de l’arrogance et de la mégalomanie que nous ne sommes pas en mesure de réfréner ?! « Les machines pourraient, mues par une forme de ‘réflexe’, couper les vivres de l’industrie de l’armement, de la production agrochimique, inhiber le fonctionnement de structures boursières et commerciales ».

« Le technocentrisme ne propose aucun projet de société. » Pour finir, cette citation de William Carlos Williams, médecin et poète américain (1883-1963) : « L’homme a survécu jusqu’ici parce qu’il était trop ignorant pour réaliser ses désirs. Maintenant qu’il le peut, il doit les changer, ou périr. »