12/01/2021

Qu'est-ce que c'est que la médecine intégrative ?

 

Pour le médecin qui comme moi a fait ses études il y a plusieurs décennies et sait ce que représente historiquement la Mayo Clinic, haut-lieu de la « Grande » médecine scientifique, dans le Minnesota, aux Etats-Unis, c'est une surprise de voir sortir de cette institution un manuel sur les apports possibles de méthodes dites complémentaires à la pratique classique, celle enseignée en faculté.* Personnellement, je le salue. Même quand j'étais, comme médecin cantonal, un « gardien de l'orthodoxie médicale », j'ai voulu résister à toute chasse aux sorcières.

Cette traduction française, qui a eu lesoutien de la Fondation Leenaards notamment, bénéficie d'une préface de Pierre-Yves Rodondi, bon connaisseur du domaine qui dirige maintenant la formation en médecine de famille à l’Université de Fribourg. Extrait: « Cet ouvrage n'a pas pour objectif de séparer le bon grain de l'ivraie. Les pratiques médicales évoluent ; dans la diversité des thérapies, la recherche a montré que certaines amènent des bénéfices clairs (...) La médecine intégrative diversifie et complète la boîte à outils à disposition. Lors d'un voyage d'étude à la prestigieuse Clinique Mayo, j'y ai découvert comment, par exemple, l'acupuncteur travaille avec le gastroentérologue ou le chirurgien, sans a priori négatif. » C'est dans ce sens, explique le directeur de publication, le prof. Bauer, qu'on parle maintenant de médecine intégrative plutôt qu'alternative.

Titres de quelques grands chapitres : Au centre des soins : nutrition, exercice, prévention du stress; Techniques corps-esprit (relaxation, méditation, biofeedback, hypnose); Chiropraxie et ostéopathie; Acupuncture; Plantes et compléments alimentaires. Au début de chaque chapitre, un « Rendez-vous avec le/la Dr... », un-e praticien-ne du domaine à la Mayo Clinic. Un chapitre présente la manière dont les méthodes complémentaires (souvent associées entre elles) peuvent apporter d'utiles contributions dans la prise en charge de pathologies notoirement difficiles : arthrose, polyarthrite rhumatoïde, fatigue chronique, douleurs chroniques, fibromyalgie, côlon irritable entre autres.

C'est un ouvrage substantiel, avec une présentation aérée fait de sections courtes, de nombreux sous-titres permettant de s'orienter facilement. A noter une absence qui surprendra (en tout cas de ce côté de l'Atlantique) : aucune mention de l'homéopathie. Ce Guide aura utilement sa place au cabinet du médecin « conventionnel » qui entend mener son activité dans un sens holistique, avec un éventail large de préoccupations.

*Brent A. Bauer (Ed.) Guide de médecine intégrative de la Clinique Mayo (Quand la médecine conventionnelle s'allie à la médecine complémentaire) 1226 Chêne-Bourg: Éditions Planète Santé, 2020, 341 pages.

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que la médecne intégrative ?

 

 

Une publication novatrice et bien intéressante

 

 

Pour le médecin qui comme moi a fait ses études il y a plusieurs décennies et sait ce que représente historiquement la Mayo Clinic, haut-lieu de la « Grande » médecine scientifique - dans le Minnesota aux Etats-Unis, c'est une surprise de voir sortir de cette institution un manuel sur les apports possibles des méthodes dites complémentaires à la pratique enseignée en faculté. Personnellement, je le salue. Même quand j'étais, comme médecin cantonal, un « gardien de l'orthodoxie médicale », j'ai voulu résister à toute chasse aux sorcières à propos d’autres manières de soigner.

Cette traduction française, qui a eu le soutien de la Fondation Leenaards notamment, bénéficie d'une préface de Pierre-Yves Rodondi, bon connaisseur du domaine qui dirige maintenant la formation en médecine de famille à l’Université de Fribourg. Extrait: « Cet ouvrage n'a pas pour objectif de séparer le bon grain de l'ivraie. Les pratiques médicales évoluent ; dans la diversité des thérapies, la recherche a montré que certaines amènent des bénéfices clairs (...) La médecine intégrative diversifie et complète la boîte à outils à disposition. Lors d'un voyage d'étude à la prestigieuse Clinique Mayo, j'y ai découvert comment, par exemple, l'acupuncteur travaille avec le gastroentérologue ou le chirurgien, sans a priori négatif. » C'est dans ce sens, explique le directeur de publication, le prof. Bauer, qu'on parle maintenant de médecine intégrative plutôt qu'alternative.

Titres de quelques grands chapitres : Au centre des soins : nutrition, exercice, prévention du stress; Techniques corps-esprit (relaxation, méditation, biofeedback, hypnose); Chiropraxie et ostéopathie; Acupuncture; Plantes et compléments alimentaires. Au début de chaque chapitre, un « Rendez-vous avec le/la Dr... », un-e praticien-ne du domaine à la Mayo Clinic. Un chapitre présente la manière dont les méthodes complémentaires (souvent associées entre elles) peuvent apporter d'utiles contributions dans la prise en charge de pathologies notoirement difficiles : arthrose, polyarthrite rhumatoïde, fatigue chronique, douleurs chroniques, fibromyalgie, côlon irritable entre autres.

C'est un ouvrage substantiel, avec une présentation aérée fait de sections courtes, de nombreux sous-titres permettant de s'orienter facilement. A noter une absence qui surprendra (en tout cas de ce côté de l'Atlantique) : aucune mention de l'homéopathie. Ce Guide aura utilement sa place au cabinet du médecin « conventionnel » qui entend mener son activité dans un sens holistique, avec un éventail large de préoccupations.

* Brent A. Bauer (Ed.) Guide de médecine intégrative de la Clinique Mayo. 1226 Chêne-Bourg: Éditions Planète Santé, 2020, 341 pages.

 

 

 

 

 

30/11/2020

Alzheimer et autres démences - Un guide bien fait

Rédigé par Stefanie Becker, directrice de Alzheimer Suisse, "Alzheimer et autres formes de démence" vient de paraitre  chez RMS Editions/Médecine et Hygiène. C'est une addition bienvenue au matériel disponible pour guider les proches de patients présentant une démence. Guère besoin de rappeler la dimension du problème : en Suisse quelque 150'000 personnes en souffrent. Des défis multiples sont lancés aux professionnel-le-s et au système de santé. Ce livre est une source de valeur d'informations, de recommandations, de soutien, pour ceux qui sont touchés par la problématique ou la prennent en charge. Huit chapitres dont un particulier, sans doute nécessaire, consacré aux proches aidants : "Et si je prenais soin de moi ?" 

Parmi les thèmes : l'importance de (se faire) dépister suffisamment tôt, y compris les "bénéfices de la certitude" - ce n'est pas à propos de démence seulement qu'on sait l'effet positif qu'un diagnostic soit articulé - aussi mauvaise nouvelle qu'il soit. Sont discutées les manières de permettre au patient de s'adapter, les médicaments et modalités de prises en charge. Une question pratique exemplaire dans les premiers stades :  comment choisir le moment de renoncer à conduire ? Recommandation d'établir des directives anticipées. Le dernier chapitre est juridique : démence et capacité de discernement, mission de l'autorité de protection de l'adulte, aspects financiers.

Des vignettes cliniques parsèment les pages, situations de vie rencontrées pratiquement. Des encadrés sont utilement didactiques, on trouve un index détaillé et une bibliographie. Le public-cible initial sont les proches aidants mais il est certain que les professionnels des domaines médical, soignant et social en tireront profit.