01/04/2020

Lutter contre les "fake news" - D'autant plus important en période de pandémie

 

Le contrôle de qualité de ce qu'on peut trouver sur le net est un sujet aigu. Les fausses informations sont particulièrement préoccupantes dans le domaine médico-sanitaire et les médias fiables rendent attentif à leur fréquence. Près de moi vers le 11 mars, des connaissances ont disséminé de bonne foi une info angoissée prétendument issue de Chine qui, avec certaines choses correctes, en disait d’autres erronées - dont une recommandation de boire des boissons chaudes pour se protéger du virus ! C’était un hoax (canular). Ce qui attirait l’attention sur la fragilité du message, c ’est que l’envoyeur allégué était une association contre la thrombose vasculaire…

Les mesures fortes ordonnées par les gouvernements ont étonné voire stupéfié les populations - et passablement de responsables économiques ou politiques. Logiquement, beaucoup ont fait une analogie avec le dérèglement climatique, qui demande des décisions aussi fortes dans leur ordre de grandeur - même si elles n’ont pas à être prises dans les 24 ou 48 heures. Mais, dans les deux cas, les actions adéquates vont déstabiliser le modèle actuel de fonctionnement de la société. Peut-être la crise liée au coronavirus aura-t-elle le mérite de nous préparer à ce que requiert la transition énergique indispensable pour lutter contre le réchauffement ?

« C’est là que cette crise sanitaire rejoint l’autre, climatique. Si nous pouvons vivre avec l’annulation des vols, la fermeture d’écoles, pourquoi ne pas accepter, plus tard, les restrictions rendues nécessaires par la réduction des émissions de CO2? », dit Serge Michel, rédacteur en chef du site heidi.news, le 14 mars.

Pour les deux problématiques, se pose de manière aiguë la question des fake news. Ainsi, un ancien de l’EPFL, à Lausanne, inonde les rédactions de messages erronés, prétendant sur la base de travaux d’il y a plusieurs décennies - infirmés depuis, que le changement climatique n’est pas dû aux gaz à effet de serre et n’est pas d’origine anthropique. Il arrive que des journaux publient ces allégations, trompés par la référence à une Haute Ecole.

Le nécessaire contrôle de la qualité des informations sur les réseaux sociaux et autres médias a encore beaucoup de pain sur la planche.

 

 

23/11/2019

La science, la santé publique et la société

Dans le compte-rendu journalier d'une Conférence européenne de santé publique qui vient de se tenir à Marseille:

les répliques de la conf'

Beaucoup nous accusent d’être politiques - et nous le sommes, comme la santé publique l’a toujours été !
Martin McKee
 
Le monde n’est pas transformé par les articles scientifiques. Il le sera si nous sommes capables de traduire leurs résultats en action.
Walter Ricciardi
 
Si les citoyens comprennent les enjeux, les politiciens en tiendront compte.
Marian Harkin
 
Tout cela est juste et important. En prendre de la graine.
 

03/11/2019

A propos d'assistance au suicide - Rassurer les patients ?

« Tant de questions sans réponses », titre de la page qu'un journal consacrait récemment à l’aide au suicide. On a beaucoup parlé dans notre canton de Vaud, ces dernières semaines, du procès d’un médecin de famille de la région lausannoise. Dans le substantiel débat public, dans 24 heures notamment, où se sont exprimés des citoyens-patients (en majorité en faveur du praticien) et d’autres médecins, il a été dit à plusieurs reprises que les malades souhaitent - ou doivent - être rassurés sur leur fin de vie. Or, il y a là précisément une question sans réponse claire.

Dans ce qu’on a pu lire et entendre, il n’est pas anodin de relever que les intervenants voulaient majoritairement être rassurés quant au fait qu’on les aiderait à mourir (même par un geste actif du praticien) en situation de grande détresse et souffrance; que - sous prétexte de loi ou de déontologie - on ne les abandonnerait pas dans cette phase ultime. Ce qui contraste avec la crainte classique de penseurs parfois éloignés de la réalité clinique, affirmant que les gens auraient peur qu’on les aide à mourir sans leur consentement. Aujourd’hui, n’est-ce pas une assurance du premier type que les gens souhaitent ?