06/05/2021

Non aux pesticides de synthèse, responsables de dommages à la santé (II)

En rapport avec notre domaine professionnel, la médecine et la santé publique, ces pesticides entraînent des atteintes graves. Comme c'est leur habitude, les firmes productrices s'efforcent d'empêcher la dissémination d'informations adéquates sur ces effets nuisibles. Et il faut rappeler que, peu attentives aux droits fondamentaux des populations concernées, elles continuent à commercialiser ailleurs des substances interdites chez nous, entraînant des drames à large échelle dans le secteur agricole d'autres pays (intoxications, perturbations endocriniennes, cancers et autres affections, suicides de paysans tombés dans la misère). A l'évidence, de tels risques peuvent exister aussi pour les Suisses.  

Ces pesticides permettent des augmentations de production nous répond-on. Mais c'est à court terme. Là comme ailleurs, une industrie et une économie concentrées sur les profits rapides font du mal. Notamment en ignorant des externalités gravement nuisibles. Par externalités, il faut entendre les conséquences défavorables de la production et de l'utilisation de ce qui est produit. On retire les profits financiers (à grand renfort de publicité discutable) et on laisse la collectivité et les pouvoirs publics se débrouiller avec les dégâts. Dégâts infligés à la nature notamment : biodiversité une fois encore, pollutions, pertes de substance et de capacité vitale. Ce dédain pour les terribles conséquences externes de certains développements a marqué ce qui s'est passé durant les Trente Glorieuses - qui ont été aussi les Trente Pollueuses.

L'initiative refuse la poursuite de pratiques nuisibles et veut une production agricole respectueuse de la biosphère et de la biodiversité. Il faut impérativement se détourner de l'emploi des pesticides de synthèse. A noter enfin que l'initiative évite de défavoriser les producteurs suisses puisqu'elle prévoit l'interdiction d'importer de denrées alimentaires produites à l'aide de ces pesticides.

 

31/03/2021

Dans des situations de type Covid: Pas possible de faire tout juste !

Comme chacun, je suis les mouvements d'opinions autour des décisions du Conseil fédéral. Les gouvernements (fédéral et cantonaux) font de leur mieux dans une situation où, malgré les meilleurs efforts, les certitudes et les prévisions fiables sont rares. En réalité, mes collègues de santé publique - j'ai été longtemps médecin cantonal  - et leurs chef-fe-s politiques "apprennent en avançant". C’est la seule manière.

Depuis un an, je pense beaucoup à leur mission, sans aucune envie d’être à leur place. Ce serait bien si tout un chacun admettait la difficulté de la tâche. Au Service de la santé publique, je n'ai pas vécu d'enjeux de la dimension covid. Nous en avons eu quelques-uns, moins graves et moins longs, j’ai aussi observé ailleurs, et j’ai appris une chose. Dans des situations impliquant des dangers graves mais incertains, il n'est simplement pas possible pour les pouvoirs publics de « faire tout juste »: s'ils prennent des mesures majeures en craignant une urgence très sérieuse mais qu'il ne se passe rien (on n'est pas dans ce cas avec le covid !), alors les critiques fuseront selon quoi ils ont paniqué, ont trop fait et trop vite, ont gaspillé les deniers publics. Par contre, si un danger sanitaire majeur se concrétise, avec des conséquences graves dans plusieurs secteurs, les critiques seront que l'autorité a tardé à prendre la mesure du danger, n'a pas adopté les bonnes stratégies, n'a pas vu passer le ballon...

Comme ancien qui n'est plus concerné, je souhaiterais un peu de compréhension de nos concitoyens. Les critiques sont utiles, quand elles sont justifiées.

 

 

26/03/2021

A propos des hurluberlus de Liestal et d'ailleurs

#NoLiestal: après les marches contre les mesures Covid, la réponse s’organise. Comme un cri de ralliement. Ils étaient plus de 18’000 à manifester ce jeudi 25 mars sur Twitter sous le hashtag #NoLiestal, masqués et dans le respect des gestes barrières. Cette manifestation répond aux personnes qui ont défilé dans les rues du pays, dont 8000 à Liestal (BL) samedi dernier, pour protester contre les mesures de restriction.- tiré de heidi.news.

Merci à heidi.news de relever l'inanité, pire l’inconscience, des petits malins des manifs anti-mesures des prévention , à Liestal l'autre jour et ailleurs.

Well... le fait est que défilés de nos concitoyens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez n'annonçent guère des lendemains qui chantent.

Comment promouvoir un peu de sens commun, d’appréciation de l'ensemble des élements de la situation inouïe de pandémie à laquelle nouas sommes confrontés ? Les bonnes idées sont  bienvenues.