11/05/2019

Intéressant, non ?... Vers un suicide collectif ?

"Des fleurs pollinisées par des drones, des mers sans poissons et des terres sans arbres. Cela n'est pas de la science-fiction, mais la réalité dans plusieurs régions du monde."

Un rapport exhaustif dresse un état des lieux mondial de la biodiversité. Nous sommes très près de la 6e extinction de masse (la précédente a vu la disparition des dinosaures). Les conclusions du Rapport du Conseil mondial de la biodiversité, qui vient d’être discuté à Paris, empêcheront les Etats- et les individus - de dire, à la prochaine catastrophe,"nous ne savions pas".

"Les biens communs mondiaux environnementaux, qui sont les terres, les océans, l'atmosphère et la biosphère, desquels dépend l’humanité tout entière, sont altérés à un degré inégalé, avec des effets en cascade sur les éco-systèmes locaux et régionaux". Et, contrairement à ce qui est encore avancé par quelques sourds et aveugles (mais pas muets) en matière de dérèglement climatique, personne ne nie, à propos de biodiversité, l'importance de la responsabilité humaine (élements notés dans a presse romande ces derniers jours).

Bon... disparition de nombreuses espèces, y compris ici d'oiseaux de nos champs et forêts, extinction de masse, altérations majeures de notre milieu de vie par l'action de l'homme (caractère anthropocène),  il fait bon avoir près de 80 ans, on ne verra que le début des désastres, de la descente aux enfers... L'ennui, c'est qu'on peut avoir près de 80 ans mais aussi des petits-enfants.

06/03/2018

Prévention du suicide - Un ouvrage très complet

Laurent Michaud et Charles Bonsack (dir.publ). Prévention du suicide. Chêne-Bourg/Genève : Médecine et Hygiène, 2017, 375 pages.

Sur un sujet de grande importance, près de 80 auteurs ont contribué à ce livre fourni, précis. Moitié de femmes et moitié d’hommes, attachés à des services du CHUV pour deux tiers d’entre eux. La plupart sont psychiatres-psychothérapeutes. Une trentaine sont d’autres disciplines.

Huit parties. La première présente le contexte global du suicide, la seconde le modèle de rencontre, évaluation et intervention utilisé. On différencie trois niveaux : la prévention universelle (visant toute la population), la prévention sélective (à l’endroit de groupes à risque) et la prévention dite indiquée (pour ceux à risque manifeste). Sont évoqués l’intervention scolaire, la coopération avec les médias, la prévention situationnelle (limitation de l’accès aux moyens - considération majeure de santé publique, qu’il s’agisse de médicaments , d’alcool ou d’endroits qui se prêtent au suicide - et bien sûr, si nous étions aux USA, il faudrait limiter drastiquement la disponibilité des armes à feu).

Les parties suivantes abordent chacune une problématique spécifique : Suicide et … périodes de la vie, … problèmes de santé, … dispositifs de soins. Puis on traite des possibles déterminants sociaux et politiques. Parmi les sujets moins « classiques » : suicide et … spiritualité, formation, incarcération, migration, LGBT, violence contre autrui, addiction, en périnatalité.

Chacun de ces chapitres (chacun « pièce d’un large puzzle ») s’organise selon la même structure : 1) vignette clinique ; 2) Que faut-il savoir (point sur les connaissances) ; 3) Comment rencontrer et évaluer ? (particularités de la situation clinique présentée) ; 4) Comment intervenir ? (ce qui est efficace ou l’est moins) ; 5) A quoi être attentif ? (notamment, erreurs à éviter) ; 6) le suivi/l’issue de l’histoire présentée.

Dans la préface (d’une Québécoise et d’un Lyonnais) : «Dans chaque cas, le lecteur est confronté  à une situation spécifique qui lui montre la prévention en mouvement, de l’impasse d’une souffrance insurmontable à l’ouverture  d’un chemin qui préserve la vie. » « Il nous est aisé de faire partager notre enthousiasme. Ouvrage homogène et plein de vie, avec une colonne vertébrale robuste."

A noter enfin que le dernier chapitre traite du suicide assisté. J’ai apprécié, en huit pages, une présentation basée sur l’expérience professionnelle et humaine de l’auteure, factuelle, non-jugeante, équilibrée quant aux enjeux éthiques et pratiques que pose cette problématique - qu’il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer, ni de vouer aux gémonies.